7ème 1

 

Comment peut-on faire une daube pareille en se basant sur une saga littéraire aussi bonne ? Oui désolée, cette chronique va direct partir en live, mais j’ai tellement été déçue par ce navet hors normes qu’il faut que je me défoule un peu, tu me pardonneras l’ami ! A vrai dire, on en a tous vu des films de merde, des bouses, des trucs sans queue ni tête, des abominations cinématographiques et je préfère te prévenir que dans le cas de « Le septième fils », on est dans du haut niveau, sans aucun doute ! On m’avait prévenue, je n’en ai fait qu’à ma tête une fois de plus et voilà ce que ça donne… Pour te dire, j’ai eu un mal fou à le finir moi qui suis pourtant une adepte de cette religion sacrée du visionnage de films d’un bout à l’autre quoiqu’il arrive. Bref, inutile de préciser que cette chronique ne sera pas franchement élogieuse, mais il est hors de question que je laisse des personnes se faire avoir et mater cette daube !

Inspiré d’un livre … Vous êtes sûr ?

Que les choses soient claires, le résumé que je vais maintenant présenter est bien celui du film et non de la saga littéraire à succès du nom de « L’épouvanteur ».

Oh et puis merde, la flemme de résumer ce truc, notre ami wiki le fera aussi bien que moi :

« Il y a bien longtemps, une force maléfique menaçait de se déchaîner et de raviver la guerre entre les puissances surnaturelles et l’humanité. Depuis plusieurs siècles, le chevalier Maître Gregory (Jeff Bridges) retenait prisonnière la redoutable et maléfique sorcière Mère Malkin (Julian Moore). Mais elle s’est désormais échappée et cherche à se venger. Convoquant ses adeptes, Mère Malkin s’apprête à déverser sa terrible colère contre un monde qui ne s’y attend pas. Seul Maître Gregory peut encore s’y opposer. Au cours d’un affrontement mortel, Gregory se retrouve face à face avec une force maléfique qu’il craignait de voir resurgir un jour. Dès lors, il lui faut initier son nouvel apprenti, Tom Ward (Ben Barnes), à combattre la pire magie noire de tous les temps – mais il doit le faire d’ici la prochaine pleine lune, alors que plusieurs années sont en général nécessaires pour accomplir une telle mission. Le dernier espoir de l’humanité tient dorénavant entre les mains du septième fils d’un septième fils. »

7ème 2

Impresionnants … ou pas !

Sans commentaire! Bon alors déjà, si on ne sait pas que « Le Septième Fils » est une adaptation de la saga « L’Epouvanteur », – et plus particulièrement du 1er opus – c’est assez difficile de le deviner, parce qu’hormis les noms, il n’y a aucune putain de ressemblance avec les bouquins. Et c’est là que LA question existentielle se pose : pourquoi vouloir adapter un livre au cinéma tout en modifiant le scénario et le transformer en un truc merdique sans aucun sens et digne des plus grands nanards de ce siècle et du siècle dernier, alors que l’histoire originale est excellente ?! WHAT THE FUCK ??!!

Epouvanteur vs Septième fils

Après évidemment, je peux comprendre que ce genre d’histoire ne soit pas le kiff de tout le monde et je ne t’en voudrais pas si tu n’es en rien captivé par cette saga mais, si j’ai su attirer ton attention, oui la tienne, toi ami lecteur et assoiffé de savoir, voilà l’histoire du livre original. Thomas Ward, 13 ans, 7e fils d’un 7e fils, devient le nouvel apprenti de John Gregory, un épouvanteur dont le rôle est de protéger la population des êtres maléfiques et des forces du Mal. En période d’essai, le jeune garçon commence à apprendre le métier dans la maison de Gregory à Chippenden. Mais tout bascule lorsque Thomas rencontre Alice, une jeune sorcière, qui va alors l’aider en échange d’une promesse, ce qui malheureusement contraindre l’apprenti à libérer Mère Malkin, l’une des sorcières les plus puissantes et les plus malveillantes ayant jamais vécues dans les environs. Tom va donc devoir mener un combat bien au-dessus de ses compétences, et réparer son erreur avec l’aide de l’épouvanteur avant que la sorcière ne répande la terreur …

Bon déjà il est clair que ni Thomas Ward, ni Alice n’ont 13 ans dans le film, ce qui change beaucoup de choses vis-à-vis du livre. Et ce n’est que le premier point puisqu’il y’n a un paquet à citer ! Prêt ? C’est parti:

  • Des rajouts de personnages invraisemblables et sans intérêt
  • Des changements dans les liens qui unissent les personnages
  • Un méchant devient un gentil
  • Ils se battent tous avec des armes blanches alors qu’ils sont censés se battre avec de la magie
  • Les autres apprentis sont censés être formés en 10 ans mais lui va l’être en 1 semaine
  • La mère de Tom, qui a un rôle crucial dans les livres, est quasiment absente du film
  • La maison de Chippenden n’a rien d’attirant et où est le gobelin gardien de la maison ?

Je m’arrête là ? Oui ça vaut mieux, parce qu’on pourrait en avoir pour un bout de temps … Il faut dire que ce film est d’une telle ingéniosité et d’une originalité qu’on se demande pourquoi tout le monde le déteste !

7ème 3

Ok, pas de livre!!

Bon soit, l’adaptation est une merde sans nom, mais si on considérait le film dans une unité à part, en oubliant le livre, ça donnerait quoi ?! Et bien la même chose, le film en lui-même n’a rien d’intéressant ! Les personnages sont plats et vides, les effets spéciaux sont dignes d’un nanard des années 90, l’histoire n’est absolument pas digne d’intérêt… On a juste l’impression d’avoir affaire à une version low cost de tous les films du genre, un petit frère qui essaye de rattraper son ainé en galérant, à la différence que ce petit bout de chou n’a rien de mignon et ne sera jamais au niveau. Et puis je dois bien avouer que j’ai tendance à prendre peur lorsque je vois un film fantastique, censé regorger d’un grand nombre de péripéties avec des personnages profonds, durer seulement 1h30… Que veux-tu donc qu’il se passe d’intéressant en si peu de temps à part un gribouillage d’une histoire écrite à l’arrache par des auteurs au chômage prêts à tout pour taffer ou des gens suicidaires qui savent que rien ne tient la route mais qui fonce quand même tête baissée !

Pas la peine d’en rajouter plus, je crois que j’ai été assez claire ! En bref, tu peux toujours le mater par curiosité mais ne va surtout pas l’acheter, tu risquerais de le regretter ! Mais ce genre de navets permet au moins de nous rappeler que, dans le cinéma comme dans tous les domaines, il n’y a pas que du bon, malheureusement. Et puis dans le fond, c’est grâce à ces petits tas de bouse qu’on apprécie encore plus les chefs d’œuvres du 7e art. Sur ces belles paroles, ciao l’ami, si t’as du temps à perdre, tu sais quoi faire!

Bande annonce :

Angélique LAMBERT

Publicités